Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Samsung EZCal : les téléviseurs s’ajustent automatiquement via le smartphone

0

Les États-Unis nous ont fourni de nouveaux détails sur le fonctionnement d’EZCal, une fonctionnalité en cours de développement qui utilise un smartphone pour effectuer un calibrage automatique des téléviseurs Samsung en SDR et HDR. La nouvelle fonction a été annoncée au CES 2021 et nous l’avions rapidement couverte dans un article qui rapportait les spécifications non officielles des téléviseurs QN900A Neo QLED. Le géant coréen a récemment organisé des manifestations pour ses collègues américains ; grâce à ces premières impressions, nous disposons de beaucoup plus d’informations.

Le rôle central est joué par l’application EZCal développée pour les smartphones Samsung Galaxy et les iPhones d’Apple. Après avoir installé l’application, vous devez connecter votre téléphone au même réseau Wi-Fi sur lequel se trouve également le téléviseur que vous allez régler. Un écran apparaîtra alors sur la télévision pour montrer comment positionner le smartphone par rapport à l’écran. Avant de procéder au calibrage proprement dit, la quantité de lumière dans l’environnement est analysée (par le téléviseur et le smartphone). Cette étape est nécessaire car tout processus de ce type dépend directement de la luminosité ambiante : un réglage parfait effectué pour une pièce assombrie serait totalement incorrect et très désagréable à regarder dans une pièce toujours bien éclairée (l’inverse s’applique également).

L’étape suivante consiste à mesurer les images affichées par le téléviseur à l’aide de la caméra intégrée du smartphone. Les données recueillies, ainsi que les informations sur la luminosité de la pièce, permettent de définir tous les paramètres nécessaires pour obtenir une qualité d’image optimale selon les normes en vigueur, les mêmes que celles qui sont utilisées à chaque étape de la création (réalisateurs, coloristes) à la distribution du contenu (streaming, sur disque ou sur les chaînes de télévision).

La précision des résultats et le temps nécessaire varient selon le mode choisi. EZCal a trois niveaux d’intervention : le mode rapide, le mode de base et le mode professionnel. Le mode Quick est évidemment le plus rapide : il prend moins de 30 secondes (le temps varie également en fonction du smartphone utilisé) et intervient simplement sur la balance des blancs en deux points. Samsung affirme que la qualité obtenue est d’environ 70 % de ce que vous obtiendriez en effectuant un étalonnage en mode conventionnel.

Avec le mode de base, vous obtenez une plus grande précision : cela prend au maximum trois minutes et beaucoup plus de paramètres sont pris en compte. Nous parlons de la balance des blancs en 20 points, de la linéarité des niveaux de gris et du gamma. La fidélité obtenue est mesurée dans un DeltaE (l’erreur par rapport au résultat optimal) inférieur à 1 (le seuil critique pour l’œil humain est de 3). Ce niveau est égal à environ 90 % d’un étalonnage professionnel, selon les techniciens de Samsung.

Pour les utilisateurs les plus exigeants, il existe enfin le mode professionnel, un processus beaucoup plus élaboré et avancé qui nécessite un peu plus de soins. Tout d’abord, vous devez idéalement placer le smartphone sur un trépied pour éviter tout mouvement. Il est également conseillé d’assombrir l’environnement pour assurer une lecture plus précise des paramètres (il est évidemment imaginé comme une calibration conçue pour une visualisation dans l’obscurité, généralement préférée par ceux qui recherchent une fidélité maximale). Les réglages interviennent sur la balance des blancs, la linéarité, le gamma et aussi sur les couleurs. La réalisation prend jusqu’à quinze minutes pour garantir une très petite erreur : le DeltaE fixé comme objectif est de 0,5, ce qui correspond presque parfaitement à un étalonnage professionnel (Samsung parle d’une précision de 97-98%).

Tous les ajustements ainsi créés devraient aller à l’amélioration du mode vidéo Film, celui qui a toujours été la base la plus précise présente dans tous les modèles Samsung. La décision finale n’a toutefois pas été prise, car il reste pour l’instant plusieurs aspects à définir. Le premier est inhérent aux smartphones pris en charge : nous avons mentionné la gamme Galaxy et les iPhones mais il n’existe pas de liste déjà finalisée avec tous les modèles.

Des démonstrations ont également été effectuées sur des téléviseurs équipés d’une version spécialement modifiée du logiciel. Le développement a été réalisé par le personnel de Samsung en dehors de la division TV elle-même (rappelons qu’EZCal est né comme un projet C-Lab Inside). Il faudra donc évaluer comment tout intégrer dans les produits sur le marché et sur lesquels permettre un calibrage automatique. Nous avons déjà mentionné les rumeurs selon lesquelles EZCal fait partie des spécifications de la Neo QLED 2021 ; en attendant la confirmation officielle, il reste à déterminer si la fonction sera disponible dès sa sortie ou si elle sera ajoutée plus tard grâce à un nouveau firmware.

Affichage plein écranIl

est actuellement difficile de se prononcer sur le degré de précision effectivement atteint par ce système. Sur le papier, l’idée est intéressante surtout pour tous les utilisateurs qui ne seraient pas en mesure de régler correctement leur télévision. Proposer une solution pratique et peu coûteuse (l’application est gratuite et la diffusion des smartphones et iPhones Galaxy est très élevée) pour améliorer la fidélité de l’image est certainement une nouveauté positive.

Les critiques possibles concernent principalement certains aspects, tout d’abord le plus ambitieux des trois modes, le mode professionnel. En général, pour un calibrage vraiment professionnel, on utilise des instruments profilés et spécialement créés à cet effet ; parmi les principales caractéristiques, on note une sensibilité remarquable en basse lumière, les niveaux les plus sombres de l’échelle des gris. Mesurer de si petites quantités de lumière avec précision et rapidité n’est pas une tâche facile, même pour des colorimètres coûtant plusieurs centaines d’euros (les meilleurs nécessitent un investissement de plusieurs milliers d’euros). Seuls des essais sur le terrain nous diront si et quels smartphones sont équipés de caméras capables de s’approcher de ces niveaux de précision (sans lesquels même le flux de travail le plus précis ne peut faire de miracles).

L’autre question critique possible est celle des automatismes. En examinant les téléviseurs et les projecteurs, nous avons souvent testé les calibrages automatiques que de plus en plus de marques proposent (généralement en synergie avec le logiciel Calman, mais il existe aussi des applications développées par les entreprises elles-mêmes). Sans l’intervention d’un technicien expert, les procédures n’aboutissent pas toujours à d’excellents résultats car les données mesurées par les instruments ne vous disent pas tout ce que vous devez savoir sur un panel donné. Rappelons, par exemple, le système sophistiqué développé par LG qui s’interface directement avec le matériel et peut agir sur des milliers de mesures pour amener le rendu des couleurs à des niveaux d’excellence théorique. Comme nous l’avons vu dans nos tests, ce niveau n’est réalisable que sur le papier, car au cours du processus, des erreurs sont introduites dans la reproduction des nuances et aucun instrument n’est en mesure de les détecter.

L’évaluation de l’efficacité des réglages incombe donc à la personne assise devant l’écran et il est probable qu’un utilisateur inexpérimenté, lisant des graphiques apparemment parfaits, ne remarque pas immédiatement l’erreur (même certains initiés l’ont fait à l’époque en définissant le calibrage parfait) ou ne comprenne pas pourquoi un calibrage à première vue excellent n’est pas vraiment satisfaisant pour l’œil. Nous tenons à souligner que ce problème ne concerne pas seulement LG : nous l’avons mentionné à titre d’exemple, mais il existe de nombreux produits (presque tous, en fait, et de n’importe quelle marque) qui ne tolèrent des interventions qu’à un certain niveau (souvent, la criticité émerge lorsqu’on travaille sur les composants chromatiques) et qui montrent des artefacts si on va plus loin, sans le montrer dans les mesures. Cependant, il convient de souligner qu’EZCal devrait offrir une marge d’intervention à l’utilisateur : ce que nous ne savons pas, c’est si cette marge sera suffisante et si elle sera nécessaire pour éviter les problèmes que nous avons décrits.

Cependant, nous sommes très curieux de pouvoir toucher au potentiel de cette fonction : obtenir un rendu plus fidèle (même s’il n’atteint pas le niveau d’un étalonnage effectué par un professionnel) grâce à un système pratique et largement accessible contribuerait à créer une plus grande culture de l’imagerie même chez les moins expérimentés.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire