Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Alibaba comme Google et Apple : de la Chine l’accusation de monopole

0

Il n’y a pas que Google, Facebook, Apple et Amazon qui sont accusés de monopole – Les Quatre ont été mis hors service par la commission judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis en octobre, avec des conséquences qui seront toutes à comprendre dans les prochains mois, et apparemment ils sont en bonne compagnie. Même si nous ne pensons pas que cela les console.

Nous parlons d’Alibaba, le géant chinois aux mains de Jack Ma, déjà dans le collimateur des États-Unis – mais pour des questions différentes, liées à la guerre froide avec la Chine – et maintenant sous le « tir ami » du régulateur de Pékin, qui a ouvert une enquête pour vérifier la « conduite monopolistique présumée » du géant du commerce électronique. C’est la déclaration laconique publiée par l’Administration nationale pour la régulation du marché (la traduction française laisse à désirer, mais c’est l’essentiel qui compte)

Récemment, l’Administration d’État pour la surveillance des marchés a, sur la base de rapports, lancé des enquêtes sur la société Alibaba Group Holdings Co., Ltd. pour des soupçons de comportement monopolistique tels que « choisir l’un plutôt que l’autre ».

Alibaba défie Amazon en Europe : le commerce électronique selon Jack Ma 449

Économie et marché

28 mars

« Le choix de l’un par rapport à l’autre » doit être interprété comme suit : Alibaba interdit en pratique aux vendeurs d’utiliser sa plateforme pour vendre des produits sur d’autres sites de commerce électronique, et cette pratique n’est pas considérée favorablement par l’organisme de régulation chinois, qui la juge en effet anticoncurrentielle. Il y aura bientôt une réunion à laquelle assisteront toutes les grandes entreprises de commerce électronique, dont JD.com, Tencent et Didi Chuxing : le régulateur devra décider s’il convient d’insérer un ensemble de règles interdisant la vente de produits à perte, une action par laquelle les entreprises préfèrent aller à perte (à court terme) afin de gagner une part de marché significative, jusqu’au monopole.

Ce n’est pas le bon moment pour Jack Ma : le régulateur chinois a en effet récemment bloqué l’introduction en bourse de la filiale Ant Group (propriétaire d’Alipay, pour être clair) pour un montant de 34 milliards de dollars, mettant en péril les stratégies commerciales du groupe pour les années à venir. Il y a même ceux qui émettent l’hypothèse d’une crise généralisée de l’empire de Ma, qui est à la recherche d’oxygène en Occident. L’investissement à Liège pour le gigantesque centre logistique européen est bien connu, tout comme les manœuvres d’expansion dans le nuage, véritable mine d’or sur laquelle Alibaba – et pas seulement – parie fortement.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire