Eviter déformation impression 3D – warping

2

Comment éviter les déformations lors de vos impressions 3D

Vous êtes l’heureux propriétaire d’une imprimante 3D, vous êtes de plus en plus aguerri et fort de vos succès vous vous lancer lancer dans l’impression d’une pièce de plus grande taille, c’est alors vous vous rendez compte qu’au bout d’un moment que l’un des côtés de votre objet se soulève, se rétracte, c’est le warping… Pas de panique, ce phénomène est connu et courant dans le domaine de l’impression 3D, s’il peut être déroutant quand on vient juste de débuter sachez qu’il existe des solutions.
On a souvent tendance à incriminer l’imprimante et surtout nos réglages pour ce genre de problèmes alors que souvent les causes sont extérieures. C’est pourquoi aujourd’hui, j’aimerais vous parler du warping et de la façon de minimiser les effets que peuvent avoir les éléments extérieurs sur notre travail (particulièrement pour les longues impressions).

Je vais vous partager quelques conseils que je trouve utiles pour résoudre ces problèmes. C’est parti.

Le lit chauffant

Peut-être que l’impression c’est plus au moins de la physique / chimie. Je suis certain que vous avez encore en tête des facteurs tels que la pression barométrique, l’humidité, la température, etc. y jouent un rôle. L’une des premières causes de warping est que le plastique se refroidit beaucoup trop vite. Le lit chauffant à toute son importance ici. Car lorsque le filament de plastique est déposé dessus, il permet au plastique de refroidir plus doucement. Si le PLA peut s’imprimer sans lit chauffant, il est vraiment obligatoire pour l’impression d’ABS qui nécessite vraiment un refroidissement lent. Éviter de manière générale d’imprimer dans un environnement froid. En dessous de 10°C, le risque de warping est très élevé. On a souvent envie de mettre notre imprimante dans notre garage ou au sous-sol, déjà parce que notre atelier y est situé et parce que madame n’aime pas trop le bruit généré par l’imprimante :). Ces pièces sont souvent plus froides, il faut donc trouver une solution pour maintenir notre impression au chaud, c’est ce que l’on va voir en dessous.

Une enceinte fermée

Ce n’est pas un hasard si certaines imprimantes 3D sont vendues dans un caisson fermé. Là aussi le but est d’isoler au maximum l’imprimante de l’extérieur pour éviter tout courant d’air ou autre variation de température qui pourrait compromettre votre impression. C’est peut-être l’un des éléments les plus importants (avec le lit chauffant) qui vous permettront d’éviter les déformations. Si vous n’avez pas les moyens d’acheter une imprimante fermée, sachez qu’il vous est possible de construire votre propre enceinte avec deux tables LACK d’IKEA. J’ai justement fait un tutoriel à ce sujet.

Rafts ou pas rafts ?

Les supports d’adhésion (rafts) sont pour moi essentiels, ils aident vraiment à maintenir votre objet vers le bas et à minimiser ainsi le rétrécissement. Attention par contre j’ai déjà eu le cas où ma couche de raft tenait tellement bien, qu’une partie plus mince de ma pièce à finie par se fendre. Bon, c’est arrivé au moment où j’ai voulu décoller la pièce du lit chauffant. Petit rappel donc, allez-y doucement lorsque vous souhaitez décoller votre objet. L’impression ne sera terminée que lorsque l’objet sera dans vos mains.

Le taux de remplissage

Pour les tirages de grandes et longues dimensions, j’ai remarqué que l’impression avec des remplissages à 20-25% aide, car il y a moins de plastiques et moins de force de rétraction exercée sur votre impression, mais juste assez pour empêcher la structure et les murs extérieurs de se déformer. Dans la mesure du possible, essayez d’imprimer sans couches inférieures et voyez ce qui se passe, cela semble également réduire le curling. Il y a presque une infinité de formes à imprimer, donc c’est subjectif, mais de grandes impressions comme une carte ou quelque chose qui prend une grande surface sur la plaque de construction, cela semble bien fonctionner.

N’hésitez pas à partager votre expérience en laissant un commentaire, peut-être avez-vous expérimenté des solutions non citées dans ce post pour résoudre les problèmes de warping.

Partager.

2 commentaires

  1. Ma solution au problème de déformation de l’impression 3D. Le chauffage et le refroidissement du plastique entraînent son expansion lorsqu’il est chauffé, et sa contraction lorsqu’il est refroidi. Cela provoque une distorsion . J’ai essayé Kapton tape sur un lit chauffé en verre. Fonctionne un peu mais se soulève quand même. J’ai essayé le fixatif et les bâtonnets de colle, mais le problème persistait. J’ai essayé différentes températures de plateformes chauffées et le problème a persisté. Je pense donc qu’il faut que je trouve un moyen d’attacher l’empreinte au lit où elle ne se séparera pas, mais peut être enlevée sans la détruire. J’ai découpé un morceau d’aluminium de 3/16 de pouce de la même taille que le lit d’impression en verre fourni avec l’imprimante. J’ai pris ma ponceuse à bande avec une bande abrasive très plate et j’ai frotté la surface en laissant des marques de rayures sur toute la surface. J’ai mis ceci à la place du verre et j’ai allumé le chauffage du lit, à environ 110 degrés Celsius. Quand il a fait chaud, j’ai pris un bâton de colle thermofusible et je l’ai frotté autour de la surface en laissant la colle thermofusible s’étaler sur la surface. J’ai ensuite utilisé un couteau à mastic pour lisser la fonte chaude en laissant une surface plane, puis j’ai éteint la chaleur. Maintenant, j’ai chargé mon stl et je l’ai coupé en tranches. À ce moment-là, le lit s’était refroidi à l’endroit où la matière fondue était rigide. J’ai commencé mon empreinte. La première couche a très bien adhéré à la thermofusible, après tout ce sont des cousins. Au fur et à mesure que la tasse à café de 4 pouces de hauteur par 4 pouces de largeur s’imprimait, le lit refroidissait et le hot melt devenait dur. L’ensemble de la coupe imprimée sans aucun gauchissement. Vous pourriez le frapper avec un marteau et il ne se détacherait pas. Comment l’ai-je fait pour l’enlever? Eh bien, le thermofusible fond à une température beaucoup plus basse que le plastique, alors je l’ai enlevé de la même façon que je l’ai mis. Retirez la plaque de lit, l’empreinte étant toujours fixée, placez-la sur la cuisinière de la cuisine et allumez le brûleur. Assurez-vous que la femme ne vous attrape pas, ça pourrait être dangereux pour votre santé. Au fur et à mesure que la plaque se réchauffe, le thermofusible fond et vous pouvez retirer l’impression en la tournant tout en tirant vers le haut et en tenant la plaque avec une fourchette de quelque chose. C’est le bon moment pour appliquer plus de thermofusible pour votre prochaine impression. De cette façon, vous n’avez pas besoin d’utiliser le lit chauffant du tout. Le filament extrudé à chaud fait fondre la matière thermofusible assez facilement. Première tasse, je me suis retourné et j’ai utilisé un pistolet à chaleur pour faire fondre la colle thermofusible qui était collée au fond, et je l’ai grattée avec le couteau à mastic. Seconde tasse, après l’avoir chauffée avec le pistolet thermique, elle a lissé et j’ai décidé qu’elle ferait un bon fond pour cette tasse, alors je l’ai laissée là. Ce pistolet chauffant fonctionne également très bien pour les zones lumineuses où votre matériel de support a été enlevé. Frappez-le avec de l’air chaud et la lumière disparaît. La raison pour laquelle la surface du lit est rugueuse, c’est pour que la colle thermofusible adhère vraiment. Cette idée folle marche pour moi et j’espère que c’est une source de réflexion pour vous. Je l’utilise pour les gros tirages. Pour les petits tirages, le lit en verre avec ruban adhésif bleu peintre fonctionne à merveille.

  2. Eh bien, c’est bientôt novembre et le froid arrive :), j’utilise donc toujours la plaque d’aluminium avec du hot melt dessus. Je ne pourrais pas vouloir un meilleur système de travail, j’ai mis une plaque chauffante près de l’imprimante pour chauffer les plaques pour enlever mes empreintes. Ça me tient à l’écart de sa cuisine. Construit deux plaques de la même aluminium et utilisé une ponceuse automobile orbitale pour enlever la surface lisse. De cette façon, je peux toujours avoir une assiette prête à emporter. Fonctionne aussi bien et est beaucoup mieux. Je m’en sers pour imprimer tous mes articles petits et grands sur les plaques thermofusibles. La plaque est épaisse d’environ 1/16 de pouce. La tête d’impression est assez chaude pour traverser les endroits plus élevés. La première couche est lisse et plate. Je trouve que le fait de ne pas chauffer autant la plaque entraîne une séparation de l’impression et du thermofusible avec peu ou pas de thermofusible sur l’impression. J’ai un problème avec un gros objet plat comme un boîtier de CD qui se déforme APRÈS que je l’ai retiré de la plaque. Je pense que si je le fais chauffer dans un four et que je le mets sur la plaque chauffante pour l’enlever, cela pourrait empêcher ça. J’ai essayé de le chauffer assez pour faire fondre la thermofusible et l’enlever pendant qu’il était encore chaud, mais la chose rétrécissait tout autour.

Laisser un commentaire