Éclairage à vélo : Voir et être vu (Législation / Route / VTT / Vélotaf)

0

L’été prend fin et ses journées à rallonge avec ? Finis les sorties à 21h sous les dernières lueurs du soleil. Voici l’automne qui arrive, puis rapidement l’hiver et ses nuits interminables. Et pour un cycliste, la nuit signifie qu’il va devoir ressortir des cartons tous ses feux ainsi que son magnifique gilet jaune. Bon là je parle en tant que cycliste sportif et pour nous autres cela signifie alourdir notre vélo et surtout ça casse un peu le « style ». Alors on rechigne un peu quand on doit réinstaller tout ça. Pourtant, tout cet attirail est nécessaire. Peu importe comment vous pratiquez le vélo. Que ce soit pour le sport ou au quotidien la sécurité doit être le mettre mot. Mettre un casque est aujourd’hui devenu un réflexe pour presque tous les cyclistes. Se rendre visible de tous la nuit doit aussi le devenir. Alors à travers cet article je souhaitais revenir sur la législation française en matière d’éclairage et plus généralement sur les obligations du cycliste à se rendre visible, mais aussi parler des différents types d’éclairage qui existe sur le marché adapté à toutes les pratiques (route, VTT ou vélotaf). Alors, voir et être vu à vélo, le sommaire :

Législation française sur l’éclairage du vélo

17% des cyclistes tués en 2012 l’ont été la nuit alors qu’il y en a très peu à cette heure-là sur la route. C’est pourquoi au fil du temps la législation s’est durcie espérant ainsi éviter de nouvelles pertes sur les routes. Pour rappel, voici les règles du Code de la route à respecter.

Le feu avant

Si l’on reprend mot pour mot l’article R313-4 du Code de la route, on obtient :

 » Tout cycle doit être muni d’un feu de position émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche ».

Le feu arrière

En citant l’article qui suit juste le précédent soit le R313-5

 » Tout cycle doit être muni d’un feu de position arrière. Ce feu doit être nettement visible de l’arrière lorsque le véhicule est monté.  »

On peut donc conclure qu’il est interdit de positionner une lumière rouge à l’avant et une blanche à l’arrière. Le principe est simple, ces lumières indiquent votre sens de déplacement. En voyant une lumière rouge, vous savez que vous allez dans la même direction que la personne devant vous, à l’inverse une lumière blanche indique que l’on vient vers vous. Inverser ces feux pourrait donc entrainer de terribles méprises.

Et les lampes clignotantes, sont-elles légales ?

Autrefois interdites, les lampes clignotantes (lumière à intensité variable) sont maintenant autorisées depuis le 13 avril 2016 et l’apparition du décret 2016-448. Ce décret a été instauré pour que la législation française s’aligne sur cette Européenne. En effet l’article R313-25 notifiait déjà ces changements pour la signalisation des véhicules et des vélos. Cependant, pour être en règle, les lumières clignotantes doivent être rouges et ne doivent être positionnées qu’à l’arrière du vélo.

Dois-je porter un gilet réfléchissant la nuit ?

Le « gilet de haute visibilité », par tout cycliste ou passager du vélo lorsqu’il circule la nuit hors agglomération, la nuit ou simplement si la visibilité est insuffisante (article 431-1-1). Si vous ne le portez pas alors que les conditions l’exigent, vous pouvez vous exposer à une contravention de 35 euros (22 si minorée et 75 euros si majorée).

Faut-il avoir une sonnette sur son vélo ?

Un avertisseur sonore est aussi obligatoire sur le vélo. Celui-ci doit pouvoir être entendu à 50 mètres au moins (R313-33). Il ne restera plus qu’à faire tinter votre sonnette lorsque vous essayerez de doubler par la droite dans le peloton 🙂 .

Est-ce que les catadioptres sont obligatoires ?

Bon déjà petit rappel. Qu’est-ce qu’un catadioptre ? Il s’agit tout simplement des réflecteurs orange disposés sur les roues, les pédales, à l’avant et à l’arrière de votre vélo. La nuit, ils vont réfléchir la lumière des phares des véhicules arrivant en face, derrière ou perpendiculairement. Le but est donc de se rendre visible de tous les côtés.

Attention plusieurs articles du Code de la route sont à citer pour les catadioptres.

article R313-18  : « Tout cycle doit être muni d’un ou plusieurs catadioptres arrière « article R313-19   :  » de catadioptres orange visibles latéralement « article R313-20   :  » d’un catadioptre blanc visible de l’avant  »

Après on ne va pas se mentir, sur le vélo de route, pour peu qu’on achète un vélo entièrement monté, c’est la première chose que l’on enlève. Mais sachez que tout manquement à ces règles pourrait être puni d’une contravention de 11 euros (33 euros après majoration). En 2014, 3713 infractions avaient été constatées. Seulement, il est difficile de connaître le chiffre pour les vélos, car ici le chiffre concerne vélos, cyclomoteurs et quadricycles légers confondus.

Les différents types d’éclairage

En fonction de votre pratique, vous ne vous dirigerez pas vers les mêmes types d’éclairage. Le cycliste pratiquant le VTT de nuit optera pour une frontale spéciale en plus d’un phare avant éclairant plus la largeur que la profondeur. Ce type d’équipement ne sera pas adapté aux vélotafeurs, qui risqueraient plus de gêner les autres usagers de la route avec ce type d’équipement. De même que si l’ensemble de votre parcours quotidien se fait en ville, vous n’aurez pas besoin de dépenser une fortune pour un phare avant à 3000 lumens, un modèle basique devrait suffire. Il sera aussi important de tenir compte de la configuration du faisceau ainsi que du système de montage. En fonction du type de cintre (guidon), le système peut varier. Pour ceux qui souhaiterait installer un système d’éclairage sur le vélo en carbone, attention lorsque vous allez serrer la bague de serrage. Utilisez une clef dynamométrique et ne dépassez pas la force de serrage maximum que peut supporter votre cintre ou votre tige de selle (c’est souvent 5 Newtons mètres).

Pour terminer, il vous faudra certainement faire le tri dans tous les phares en tenant compte de l’indice de luminosité exprimé en lumens ou parfois en luxe. Nous allons voir tout de suite de quoi il en retourne, mais d’une façon générale, plus les lumens sont élevés, meilleur sera le rendement lumineux.

Qu’est-ce que les lumens ?

Considérez les lumens comme une « nouvelle » façon de mesurer la quantité et l’efficacité lumineuse d’une d’une lampe. Lumens = puissance lumineuse.

En termes simples, les lumens (désignés par lm) sont une mesure de la quantité totale de lumière visible (à l’œil humain) d’une lampe ou d’une source lumineuse. Plus la luminosité exprimée en lumens sera élevée, plus la lampe sera « lumineuse ».

Nous avons tous acheté des ampoules conventionnelles de 50W ou 60W par le passé en nous attendant à un certain niveau de luminosité. Ce niveau de luminosité était directement lié à la consommation en énergie (watts) de l’ampoule. Avec l’arrivée des LED, la puissance lumineuse n’était plus directement liée à la consommation électrique. Il fallait donc un nouveau point de comparaison. La puissance lumineuse donc.

Avec des lampes LED à faible consommation d’énergie, il est possible d’obtenir un meilleur rendement lumineux avec une consommation d’énergie beaucoup plus faible. Par exemple, une lampe LED de 7W donnera un rendement lumineux similaire à celui d’une ampoule halogène de 50W. C’est 80% d’énergie en moins pour le même rendement lumineux ! Avec les LED, l’énergie consommée est plus convertie en lumière, qu’en chaleur le rendement est donc bien meilleur. Le rendement d’une ampoule se mesure en Lumens / Watt. Plus le chiffre est élevé plus l’ampoule a un bon rendement. On peut aussi considérer que plus une ampoule a un bon rendement plus elle est « verte ».

Éclairage pour le VTT

Faire du VTT la nuit est une expérience qui est encore assez peu connue en France. Certaines courses existent pourtant. À côté de la maison, la course Sainté – Lyon peut maintenant être faite à Vélo. La nuit, des sentiers familiers, parcourus des milliers de fois le jour vous sembleront complètement étrangers et vous procureront une sacrée montée d’adrénaline (surtout en descente).

Vous avez besoin d’un feu avant très puissant pour repérer les dangers tels que les ornières et les branches en surplomb qui ressemblent à des mines terrestres et tous les pièges que pourrait cacher l’obscurité. La nuit, les animaux de la forêt sont aussi plus actifs, alors il faut aussi s’attendre à les voir débouler devant vous. Alors autant qu’ils puissent vous voir de loin et vous éviter. Il est donc clair que vos feux de circulation habituels ne suffiront pas. Mais si vous avez l’impression que sur la route, votre phare éclaire très loin, dans les bois la sensation sera bien différente.

Au minimum, vous avez besoin d’un feu avant puissant monté sur une barre, idéalement avec un rendement de plus de 1000 lumens. Ces feux spécifiques tout-terrain auront également un faisceau plus large, ce qui leur permettra d’éclairer l’ensemble du sentier qui se trouve devant vous.

Les phares tout-terrain très puissants offrent la possibilité d’allumer à pleine puissance les sentiers lors des descentes techniques, tout en modulant l’alimentation dans les montées pour préserver l’autonomie de la batterie.

Pour ceux qui feraient des courses de nuit, il est aussi possible d’utiliser des frontales très puissantes qui s’adaptent aux casques. L’utilité d’une frontale en VTT est que le faisceau de lumière va suivre votre regard. C’est une notion très importante dans les singles tortueux où il faut préparer ses trajectoires à l’avance.

Éclairage pour le vélotaf (aller au travail à vélo)

Pour vos déplacements domicile-travail ou vos déplacements urbains d’une façon générale et que vous utilisez des routes bien éclairées, votre priorité principale devrait être de vous assurer d’être visible aux autres usagers de la route.

Les ‘feux de sécurité’ ont généralement au moins un mode d’éclairage constant, en plus de plusieurs modes clignotants. Ils offrent également des niveaux de visibilité latérale plus élevés, de sorte que les piétons et les autres usagers de la route peuvent vous voir aux carrefours.

Parfois, on voit passer en ville de vrais sapins de Noël (lumière sur le casque, bande fluo de partout, des jantes éclairées…), c’est particulièrement le cas chez des coursiers à vélo. Vous allez peut-être trouver que c’est exagéré, mais n’oubliez pas que vous l’avez vu !

Si votre trajet emprunte des routes ou des chemins non éclairés, vous aurez besoin d’un feu avant plus puissant pour que vous puissiez  » voir  » et  » être vu « . N’oubliez pas que si la route n’est pas éclairée vous devez porter un gilet réfléchissant.

Tout ce qui dépasse 200 lumens sera suffisant pour projeter un faisceau sur la route ou le chemin et vous offrir suffisamment de lumière pour rouler à une vitesse raisonnable pour rouler en toute sécurité.

Si le terrain est susceptible d’être accidenté ou si vous êtes susceptible de rencontrer des dangers sur la route, alors vous voudrez peut-être quelque chose de plus lumineux.

Éclairage vélo de route

L’hiver quand on souhaite s’entrainer après le travail il y a deux solutions, le home-trainer et les litres d’eau que vous allez devoir éponger ou faire des sorties de nuit. Franchement mettre de l’éclairage sur notre vélo full carbone, en tant que routier ce n’est pas quelque chose de naturel. Mais quand on n’a pas le choix, on n’a pas le choix.

On pourrait croire qu’un équipement classique pour cycliste rural suffira, mais n’oubliez pas que l’on route plus vite ce qui nous oblige à améliorer notre rendement lumineux.

Un puissant feu avant est essentiel pour éclairer la route et repérer les imperfections de la route en avance, les animaux qui risquent de traverser, etc.

Il vous faudra choisir une lampe d’une puissance supérieure à 600 lumens.

Votre éclairage devra aussi être suffisamment endurant. Choisissez donc des éclairages peu énergivores sur lesquels vous avez plusieurs modes lumineux. Vous n’avez pas besoin d’éclairer à fond quand vous allez traverser des zones urbaines bien éclairées.

Le feu arrière n’est vraiment pas à négliger. Il permet aux autres usagers de la route de vous voir de loin. La législation française autorise l’utilisation du mode clignotant  à l’arrière et le doublement avec un feu rouge fix vous rendra encore plus visible.

Attention, les feux avant puissants conçus pour la conduite sur route ont tendance à avoir un faisceau assez concentré pour que vous puissiez voir où vous allez, mais sans éblouir les conducteurs venant en sens inverse. L’inconvénient, c’est qu’elles peuvent être moins visibles de côté. Pensez donc à mettre vos catadioptres sur le côté. Sur les vélos de routes, souvent il n’y en a pas (et souvent on les enlève quand il y en a).

Aujourd’hui, de nombreux feux de sécurité avant et arrière haut de gamme peuvent s’adapter aux cintres ou aux tiges de selle aérodynamiques des vélos Aéros.

Dois-je rouler avec des lumières pendant la journée ?

Cela peut sembler contre nature, mais des études ont montré que rouler avec les feux allumés pendant le jour peut améliorer considérablement la visibilité, même par temps clair. Les lumières les plus efficaces pour la conduite de jour sont celles qui ont un mode flash assez lent, ce qui est idéal pour attirer l’attention des autres usagers de la route.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une passion, j'essaye de la faire partager.

Laisser un commentaire