Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Xiaomi ne le supportera pas, poursuit les Etats-Unis pour faire annuler l’interdiction d’investissement

0

Les États-Unis attaquent, et Xiaomi répond, et se défend. L’un des derniers actes de l’administration Trump, avant de quitter la Maison Blanche, a été l’inclusion de Xiaomi dans la liste noire qui regroupe les entreprises que le ministère de la Défense estime avoir des liens avec l’armée chinoise.

Comme nous l’avons expliqué, il ne s’agit pas actuellement d’une mesure comparable à celle adoptée contre Huawei, mais elle a néanmoins des effets susceptibles de nuire aux activités de la société, en interdisant les investissements dans Xiaomi par des sociétés et autres entités américaines, et en obligeant les investisseurs aux yeux étoilés à se défaire de leurs actions d’ici le 11 novembre 2021. En bref, il n’y a aucun risque de voir les smartphones Xiaomi sans les services Google, comme cela s’est passé avec Huawei, qui est maintenant en pleine transition vers sa plateforme propriétaire HarmonyOS.

Comme rapporté aujourd’hui par Bloomberg, Xiaomi a décidé de réagir aux accusations et aux restrictions qui en découlent, comme il était prévisible, et a intenté un procès contre les départements américains de la défense et du trésor pour obtenir la suppression de la liste noire et donc l’annulation des restrictions correspondantes. D’autre part, la société avait déclaré, après la diffusion de la nouvelle, être prête à se défendre contre cette attaque frontale :

Xiaomi a toujours respecté la loi et agi conformément aux dispositions et règlements des juridictions des pays dans lesquels elle exerce ses activités. La société rappelle qu’elle fournit des produits et des services à usage civil et commercial. Elle confirme également qu’elle n’est pas détenue, contrôlée ou affiliée à l’armée chinoise et qu’elle n’est pas une « société militaire communiste chinoise » au sens du NDAA.

Xiaomi prendra les mesures appropriées pour protéger les intérêts de la société et de ses actionnaires et examine également les conséquences potentielles de cet acte afin d’obtenir une image plus complète de son impact sur le groupe. Il y aura d’autres annonces si et quand Xiaomi le jugera approprié.

L’action a été intentée devant le tribunal de district de Columbia aux États-Unis, et pointe également du doigt le secrétaire à la défense LLoyd Austin et la secrétaire au Trésor Janet Yellen de l’administration Biden, qui n’occupaient pas encore cette fonction au moment où l’action a été intentée. À cette occasion, la société a déclaré qu’elle était confrontée à « un préjudice imminent, grave et irréparable si la décision n’est pas annulée et que les restrictions restent en place ».

Outre BlackRock Inc, Vanguard Group Inc. et State Street Corp, les investisseurs américains qui seraient contraints de céder leurs parts dans Xiaomi d’ici novembre comprennent le fabricant de puces Qualcomm. Après l’inscription sur la liste noire et la publication de la nouvelle, les actions de Xiaomi – qui avaient atteint un sommet historique au cours de la première semaine de l’année – ont chuté de 12 %.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire