Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Parler, les choses se gâtent : le premier juge dit non au retour de l’AWS

0

Les choses vont mal pour Parler, une application qui a été critiquée (et sur de nombreux smartphones) pour avoir donné une voix non filtrée à une partie de l’électorat américain (mécontent). La juge Barbara Rothstein du District Ouest de Washington a refusé la demande du réseau social d’être réintégré sur Amazon Web Services, dont il avait été retiré en liaison avec la censure reçue sur l’App Store et le Google Play Store.

Bien que la plateforme négocie avec le service d’hébergement Epik pour se remettre en ligne régulièrement, l’intérêt du PDG John Matze est de s’appuyer sur un fournisseur plus important, plus fiable et « moins politiquement coloré », étant donné l’histoire entourant Epik elle-même. L’AWS est essentiel à la survie de Parler, la seule voie effectivement viable pour être à nouveau visible sur le web. « Sans AWS, nous sommes condamnés à mort », avait admis M. Matze ces derniers jours, arrivant à la décision de poursuivre la société de Jeff Bezos en justice pour faire valoir ses droits et forcer Amazon à fournir à nouveau son service d’hébergement.

Pourquoi Apple a-t-il supprimé Parler et non Telegram ? La demande (étrange) des États-Unis 287

Apple

18 Jan Tim Cook : Parler peut revenir sur l’App Store, à condition de respecter les règles 296

Apple

13 Jan

La décision du juge de Washington laisse entendre que l’avenir de Parler sur le web n’est pas du tout rose : ce n’est pas la décision finale, mais elle anticipe ce que pourrait être la ligne intransigeante suivie par les institutions américaines, contre la propagation de la haine et de la violence sur un outil qui, déjà dans le passé, s’était révélé être non filtré

.

L’affaire, comme nous le disions, n’est pas encore terminée, mais cette première phrase semble décidément éloquente

Les allégations de Parler à l’heure actuelle sont à la fois inexactes et non fondées, et sont contestées par les preuves fournies par Amazon Web Services.

Ce qui a joué contre Parler dans la phrase, c’est l’absence totale de « repentir » et l’admission de n’avoir rien fait pour empêcher la publication de postes menaçants. Ce sont donc les mots d’Amazon

Nous avons fait part de nos préoccupations à Parler pendant plusieurs semaines, et pendant cette période, nous avons constaté une augmentation significative de ce type de contenu dangereux.

En bref, la politique et le marché restent au centre de la discussion. Il appartiendra maintenant à la justice américaine de décider s’il y a ou non des conditions pour le retour de Parler sur l’AWS, ou si au contraire il n’y a pas de conditions pour une « remise ». Il suffirait peut-être d’appliquer des filtres plus précis et une censure de la part de la plateforme sociale, mais probablement que de cette façon, la nature même de l’application risquerait d’être compromise. Les juges ont la parole.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire