Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Les syndicats font irruption dans la Silicon Valley : Google est le premier cas (qui fixera la norme)

0

Enfin, les syndicats sont entrés dans la Silicon Valley : l’Alphabet Workers Union est née, un syndicat de travailleurs de Google et d’autres entreprises qui font partie de la société mère Alphabet – Waymo, Verily, Fitbit et Wing inclus. C’est un événement historique non seulement pour Mountain View, mais aussi pour toute la réalité productive du district technologique californien. L’activisme prend donc la forme d’un associationnisme organisé, le seul à être « ouvert à tous les salariés ».

Cette initiative découle de la nécessité de garantir les droits des travailleurs et d’éviter la répétition de situations comme celle d’Amit Singhal et Andy Rubin, accusés de harcèlement sexuel et licenciés de l’entreprise après avoir reçu une indemnité de licenciement de 105 millions de dollars.

Notre nouveau syndicat fournit une structure durable pour garantir que nos valeurs communes en tant qu’employés de l’Alphabet soient maintenues même après que les gros titres se soient effacés.

Il s’agit donc d’un syndicat qui n’a rien (ou peu) à voir avec la négociation de nouvelles conventions collectives, mais plutôt avec la volonté de préserver les droits fondamentaux des salariés et de garantir des principes éthiques au sein de l’entreprise.

L’Alphabet Workers Union bénéficie du soutien du Communications Workers of America (CWA), le plus grand syndicat du secteur américain des télécommunications : ce n’est pas un détail, si l’on considère que la moitié des 120 000 travailleurs qui dépendent de la société mère ont des contrats à durée déterminée ou sont des collaborateurs, et ne bénéficient donc pas des droits dont jouissent les employés structurés. Pour eux – et même pour eux – le syndicat est né, tout comme il est né pour lutter contre les indemnités de licenciement des millionnaires et la stipulation de contrats que l’Union des travailleurs de l’alphabet définit comme « non éthiques » – un exemple est celui des drones vendus à des fins militaires et la vague de démissions volontaires en protestation qui s’ensuit.

Les travailleurs qui se sont organisés pour mettre fin à ces tendances ont été victimes d’intimidation, de répression et de licenciements manifestement illégaux, comme l’a récemment confirmé le Conseil national des relations du travail. Au lieu d’écouter les travailleurs, Google a engagé l’IRI, notoirement antisyndical, pour supprimer les organisations. C’est ainsi que les dirigeants de Google ont choisi d’interagir avec les travailleurs.

Cela crée un fort précédent qui pourrait encourager d’autres entreprises à prendre des initiatives similaires. Maintenant que le mur de la méfiance s’est effondré au sein d’une entreprise aussi importante qu’Alphabet, il est facile de s’attendre à une réaction en chaîne qui révolutionnera les conditions de travail dans les entreprises de la Silicon Valley.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire