Les entreprises vérifient de plus en plus le CV des candidats

0

Se présenter sous son meilleur jour, modifier les dates d’arrivée et de départ pour masquer des temps morts, enjoliver l’intitulé de poste pour que celui-ci soit… disons plus … ronflant :p, bref vous l’aurez compris, jouer un peu avec la réalité pour se démarquer des autres profils grâce à un CV un peu « tweacké » est devenu le sport national en France. Car d’après une étude menée en 2016 par le cabinet Florian Mantione Institut, 75% des CV serait trompeur. Alors si certaine modification ne vont pas bien loin (comme modifier quelques dates) ou dire que l’on est président du club de poney de son fils , certain candidats vont plus loin et n’hésitent pas à s’inventer des diplômes et même des expériences professionnelles. Certain cas on fait grand bruits ces dernières années comme par exemple l’ancien directeur de l’aéroport de Limoge recruté en 2011. Il avait été recruté avec un CV bidon où il se présentait comme pilote de ligne alors que c’était faux. Une fois démasqué, il a été licencié. Pour éviter ces cas extrêmes les entreprises (surtout les plus grandes) font de plus en plus appellent à des cabinets de conseils pour vérifier les candidatures reçues. Ces agences vont faire des investigations ou un profilage du candidats et vérifier les informations du CV.

Enquêtes des recruteurs

Avant toute chose il est important de préciser que peu d’entreprise (malheureusement) vérifient les profils. Dommage quand on sait que 90% des candidats trouvent normal d’arranger le CV. Les vérifications que propose Opale.io plateforme de certification d’identité et vérification documents se font donc plus lorsque les postes sont plus « prestigieux » et que le recruteur ne peut se permettre de perdre du temps avec un profil bidon. Comment va se faire la vérification ? Tout d’abord en vérifiant les postes précédemment occupés par le candidat. Les entreprises seront donc contactées, et des questions pourront être posées pour confirmer les qualifications, fonctions, compétences démontrées, l’éthique professionnelle, les objectifs atteints mais aussi le salaire. Et il y a aussi des cas où le recruteur demandera des éclaircissements sur les raisons qui ont conduit au départ de l’entreprise. Des vérifications seront aussi faites sur les réseaux sociaux, notamment sur les réseaux sociaux professionnels. Une vérification sera aussi faite sur les diplômes. Bref le profil du candidat sera vraiment passé au crible.

Les risques

Falsifier le curriculum vitae n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Si le candidat est pris la main dans le sac, et que la manipulation est grossière (diplôme ou poste occupé inventé), le conseil des prud’hommes peut prononcer l’annulation du contrat de travail. Dans certain cas, que l’on comprend aisément, mentir peut relever du pénal. Par exemple certain métier nécessite un diplôme pour être exercer. Comme par exemple pour les médecins, les avocats, les experts-comptables ou les architectes. Il peut alors y avoir poursuite pour faux et usage de faux et pratiques illégale. Une peine de trois ans d’emprisonnement et 45000 € d’amende peut être requise.

Partager.

Laisser un commentaire