Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

L’Europe pense aussi à la 6G : Hexa-X, un projet de recherche avec Ericsson et Nokia, est né

0

La technologie évolue rapidement et l’Europe ne veut pas perdre du terrain dans un marché des infrastructures de réseau en plein essor. Alors que le processus de transition des réseaux 4G vers les réseaux 5G est toujours en cours, la prochaine étape de développement, la 6G, est envisagée

C’est un objectif que plusieurs pays non européens visent déjà – voir les progrès de la Chine, de la Corée du Sud et du Japon – mais l’Europe ne veut pas rester au pôle. Le projet de recherche européen sur la 6G Hexa-X débutera en janvier 2021. Il sera dirigé par Ericsson et Nokia, deux entreprises européennes de premier plan dans le secteur des télécommunications, qui seront chargées de coordonner les efforts visant à définir les cas d’utilisation des futurs systèmes 6G et à développer la technologie correspondante.

Ericsson met déjà sur papier les six défis que le projet Hexa-X devra relever : offrir des solutions pour stimuler le déploiement de l’intelligence artificielle et des technologies d’apprentissage machine, trouver des solutions pour l’interopérabilité des dispositifs et des réseaux connectés, mettre en œuvre les projets de manière écologiquement durable, offrir une large couverture du service, garantir une expérience utilisateur sans faille en termes de débit et de capacité, et enfin assurer la sécurité des données personnelles circulant sur les réseaux

Le projet Hexa-X durera jusqu’en 2023 et est activé dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne. L’initiative Hexa-X rassemble toutes les parties qui joueront un rôle dans la création des futurs réseaux 6G, c’est-à-dire les fournisseurs de réseaux, les fournisseurs de services de communication, les fournisseurs de technologies et les grands instituts de recherche. Ericsson, en tant que responsable technique du projet, apportera une contribution fondamentale pour définir les cas d’utilisation et l’architecture globale de la 6G ; Nokia travaille déjà sur le processus de pré-normalisation, tandis que les Bell Labs de Nokia mènent des recherches sur les technologies 6G

Lire aussi
Le smartphone le moins cher avec Snapdragon 888 pourrait être de Redmi

L’image qui se dégage est à nouveau celle d’une Europe qui veut devenir de plus en plus indépendante à la fois des fournisseurs de services de réseaux étrangers et des géants américains et asiatiques. De nouveaux investissements pour la production propre de processeurs et de semi-conducteurs sont sur la même voie

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire