Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

La reconnaissance faciale contraire aux droits de l’homme : l’interdiction d’Amnesty International

0

La reconnaissance faciale semble devenir de plus en plus un problème plutôt qu’une ressource, mal digérée par la population inquiète de la violation de sa vie privée et du risque de phénomènes de discrimination raciale. Il s’agit de Ban The Scan, la dernière initiative lancée sur le web, qui ne manquera pas de faire beaucoup de bruit, étant donné qu’il s’agit du travail d’Amnesty International.

L’organisation demande l’interdiction de l’utilisation de la reconnaissance faciale à New York, définissant la technologie sur laquelle elle est basée comme « incompatible avec les droits fondamentaux à la vie privée » et dangereuse dans la mesure où elle risque d’influencer négativement l’activité de la police. « La ville de New York doit également interdire la reconnaissance faciale, comme l’ont fait d’autres grandes villes des États-Unis », explique Matt Mahmoudi, chercheur à Amnesty International. La référence concerne la ville de Portland, la dernière ville américaine, par ordre chronologique, à avoir interdit l’utilisation des techniques de reconnaissance faciale dans toute la municipalité, tant par la police que par les particuliers tels que les magasins et les hôtels. En 2019, les citoyens de San Francisco avaient également été invités à donner leur avis sur l’outil d’identification : le vote a abouti à l’interdiction par la police de l’utilisation de toute forme de technologie de reconnaissance faciale dans toute la ville.

Reconnaissance faciale pour Scotland Yard : technologie, vie privée et controverse 15

Mobile

24 Jan Big Brother à Londres : reconnaissance faciale entre sécurité et vie privée 31

13 Aug

Amnesty International veut éviter une autre affaire Williams, un citoyen de Detroit emprisonné à tort après que le système d’identification faciale DataWork Plus l’a déclaré coupable de vol dans un magasin de montres. Dommage que M. Williams ait été ailleurs pendant ce malheureux événement. Et, comme celui-ci, il y a des centaines de cas similaires, jusqu’aux cas les plus récents qui ont enflammé l’Amérique ces derniers mois.

Le mécontentement grandit à New York, et Amnesty est rejoint par d’autres organisations et mouvements citoyens. Avec Black Lives Matter en toile de fond, les équilibres sociaux aux États-Unis sont aujourd’hui plus fragiles que jamais, et l’idée même que les forces de l’ordre puissent exploiter (lire : abuser) les systèmes de reconnaissance faciale suscite un fort mécontentement. « L’interdiction de la reconnaissance faciale ne protège pas seulement les droits civils – c’est une question de vie ou de mort », explique Albert Fox Cahn, directeur exécutif du projet de surveillance technologique.

« La reconnaissance faciale a été utilisée 22 000 fois à New York depuis 2017 », peut-on lire sur le site de Ban The Scan. « Cette technologie peut amplifier la discrimination raciale et porter atteinte au droit de manifester. Il est développé en exploitant sans autorisation des millions d’images provenant de profils de médias sociaux ».

Le site (lien dans SOURCE) sera utilisé pour sensibiliser à la question, ainsi que pour recueillir des témoignages et exposer la discrimination. Il donnera une voix à la protestation, avec la possibilité d’écrire des messages au NYPD pour essayer de les convaincre d’abandonner ce système de contrôle.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire