Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Cartes de débit, de crédit et prépayées : les différences, ce qui change

0

Les cartes de paiement sont devenues un outil de plus en plus central dans la vie de nombreuses personnes, surtout maintenant qu’elles sont devenues le moyen de choix pour obtenir le Cashback de l’État, qui a commencé en mode expérimental pour les vacances de Noël.

S’il est vrai qu’il y a quelques mois, 8 français sur 10 avaient déjà déclaré qu’ils utilisaient fréquemment des cartes de paiement, cette proportion est évidemment appelée à augmenter, notamment en raison de la progression de la pandémie qui a entraîné une certaine méfiance à l’égard de l’hygiène de la monnaie fiduciaire. C’est pourquoi, ces dernières années, les cartes de paiement sont devenues un domaine de forte concurrence entre les services bancaires, qui se font concurrence pour offrir les services les plus pratiques.

Cependant, on a souvent tendance à confondre les termes de base, entre cartes de paiement, débit, crédit, prépayé, ATM, etc. Pour pouvoir bien les utiliser et surtout choisir celui qui vous convient sans se lancer dans des mésaventures désagréables, il est bon de clarifier les choses, alors voilà : commençons par les définitions.

LES

CARTES DE PAIEMENT, UN TERME GÉNÉRAL

La

carte de paiement est le terme général qui désigne un instrument de paiement alternatif aux espèces. Comme vous le savez, il s’agit d’une carte en plastique avec une bande magnétique et/ou une puce électronique, qui vous permet généralement d’effectuer des achats dans les magasins participants, d’aller faire des achats en ligne et de retirer ou de déposer de l’argent aux distributeurs automatiques ; elle peut être utilisée dans des limites quotidiennes et mensuelles précises, même à l’étranger si elle appartient à des circuits internationaux.

Les cartes sont divisées en trois types – débit, crédit et prépayé – qui, bien qu’elles permettent d’effectuer les trois principales opérations décrites ci-dessus, diffèrent par leur nature et souvent par les frais facturés. Il existe deux principaux facteurs de discrimination :

CARTE

PRÉPARÉE : VOUS PAYEZ EN PREMIER

La

carte prépayée est la plus récente dans le panorama des cartes de paiement. Il se distingue des deux autres car, contrairement à ce dernier, il n’est lié à aucun compte courant ; il a une formule de paiement avant, c’est-à-dire un paiement à l’avance.

Il s’agit d’une sorte de « porte-monnaie électronique » connecté à un circuit de paiement qui permet de dématérialiser l’argent et de le placer sur la carte prépayée sous forme numérique ; il doit donc être rechargé avant de faire des achats. Le crédit disponible sur la carte est la valeur de la somme qui peut être dépensée, ce qui fonctionne de manière similaire à celle des cartes téléphoniques. Par exemple, la Skrill Prepaid Mastercard ou la Postepay Standard sont des cartes prépayées.

Il en existe différents types : les jetables ont un plafond fixe (souvent pas plus de 500 euros) et sont jetés lorsque le crédit s’épuise ; les rechargeables ont par contre des plafonds plus élevés et, une fois le crédit épuisé, ils peuvent être rechargés. Par souci de sécurité, les cartes prépayées sont particulièrement utiles pour effectuer des paiements en ligne, car en cas d’opérations frauduleuses, les dommages sont limités au montant chargé sur la carte.

Les symboles sur la carte indiquent les circuits auxquels elle appartient : par exemple, le Skrill prépayé fonctionne sur le circuit Mastercard.

Il existe également des cartes prépayées de nouvelle génération qui ont un IBAN associé et qui vous permettent également d’effectuer des opérations telles que recevoir des virements et créditer votre salaire ; en raison de ces services, on les appelle aussi comptes de carte.

En général, toutes les cartes prépayées peuvent être reconnues parce que la mention PREPAID est gravée au recto ou au verso de la carte, et elles sont acceptées presque partout parce qu’elles utilisent les mêmes circuits que les cartes de crédit, comme Visa ou Mastercard.

Parmi les avantages de la carte prépayée, il y a donc la possibilité de l’obtenir même si vous n’avez pas de compte bancaire, mais vous devez garder un œil sur les plafonds, c’est-à-dire les limites des différents types présents sur la carte, comme celles des dépenses et de la recharge, et les coûts, de la recharge à l’activation, aux dépenses pour le retrait d’espèces.

Ce sont des éléments à prendre en compte car si les limites étaient trop strictes, elles pourraient ne pas convenir au mode de vie du titulaire de la carte : par exemple, une limite de dépenses annuelles de 2 000 euros peut être acceptable pour un jeune ou un étudiant, mais pour ceux qui perçoivent un salaire et ont de nombreuses dépenses, elle ne convient pas comme principal instrument de paiement. En général, les cartes prépayées conviennent à ceux qui n’ont pas une grande exploitation, ou comme cartes secondaires dédiées aux achats en ligne.

CARTE DE

DÉBIT

: VOUS PAYEZ AU MOMENT

DE L’ACHAT

La carte de débit est émise par la banque où vous avez le compte et est liée à celui-ci (elle s’applique également au compte postal). Elle est définie par la formule « pay now », c’est-à-dire le paiement immédiat : avec cette carte, les dépenses effectuées sont prélevées sur le compte bancaire exactement au moment de l’achat.

Elle est souvent appelée carte de paiement, comme c’est le cas lorsqu’un client retire une carte de paiement à la caisse et qu’on lui pose la question « carte ou carte de paiement ». Il s’agit toutefois d’une inexactitude : Bancomat n’indique pas la carte elle-même, mais est simplement le nom d’un circuit de paiement « victime » de son propre succès, qui a fini par baptiser improprement toute une catégorie.

C’est un peu comme ce qui se passe avec le ruban adhésif, que tout le monde appelle scotch sans savoir que c’est en fait une marque déposée de la société 3M (ou, pour les littéraires, comme Perpetua in Promessi Sposi, qui en est venu à désigner tous les perpétuels en général).

À cet égard, les symboles figurant sur la carte de débit indiquent les circuits de paiement sur lesquels elle peut fonctionner : outre le circuit Bancomat, parmi les plus populaires, on trouve également Maestro ou VPay. L’acceptation ou non des achats dépend également de ceux-ci (par exemple, le circuit Maestro n’est pas très populaire en ligne).

Les cartes de débit ont généralement des frais très faibles et sont souvent émises gratuitement lorsque vous ouvrez un compte. Parmi les nombreux, il y a par exemple Widiba Maestro ou Postamat Maestro, chacun étant lié à son propre compte. Comme pour les cartes prépayées, elles ont besoin d’un code PIN fourni par la banque pour fonctionner, qui doit être saisi à la fois lors du paiement d’un achat hors ligne et lors du retrait d’argent liquide ; il doit être conservé dans un endroit sûr, donc à l’écart de la carte, pour éviter le risque d’utilisation frauduleuse.

CARTE DE

CRÉDIT

: VOUS PAYEZ

APRÈS La

carte de crédit est liée à un compte courant et est définie par la formule « payer plus tard » : dans la pratique, elle vous permet d’effectuer des achats même lorsque vous n’avez pas d’argent, car les dépenses ne sont débitées que plus tard sur le compte lié

.

Selon le type de carte que vous choisissez, vous pouvez soit reporter le paiement au milieu du mois suivant (dans ce cas, on parle de carte de crédit à solde), soit le régler par versements échelonnés (carte de crédit à tempérament, ou carte de crédit renouvelable, avec intérêts). Au moment du paiement, c’est la banque qui avance la transaction, puis dans les 30 jours présente « la facture » à payer.

Dans la période comprise entre le moment de l’achat et celui du retrait effectif des fonds du compte courant, la banque accorde donc un crédit à son client, qui pourrait en fait « s’endetter » pendant cette courte période jusqu’à un plafond mensuel de dépenses (appelé plafond). La carte de crédit a une fonction de crédit ainsi que monétaire, elle n’est donc pas pour tout le monde : avant de l’émettre, la banque qui l’émet se réserve le droit de vérifier la solvabilité du client, et peut en tout cas en révoquer l’utilisation en cas d’utilisation irrégulière.

Ainsi, la principale différence est que la charge est différée par rapport à l’achat : ce qui vous permet de dépenser même ce que vous n’avez pas, car au moment du paiement, c’est la banque qui anticipe la dépense.

Cependant, si le montant dépensé n’est pas payé à la date prévue parce que le compte est à découvert, il s’agit d’une dette à proprement parler, et avec des intérêts très élevés ; dans ce cas malheureux, la banque pourrait vous dénoncer comme mauvais payeur au risque central, vous excluant à l’avenir certaines possibilités, comme l’accès à un prêt hypothécaire.

Les cartes de crédit ont un coût annuel fixe assez élevé, qui peut toutefois être ramené à zéro en fonction du volume de vos dépenses (plus votre volume de dépenses est élevé, moins vous dépensez de frais annuels). Chaque banque a la sienne, avec peut-être des déclinaisons différentes ; parmi les plus connues, on trouve par exemple les différentes nuances de couleurs des cartes American Express. Parmi les principaux circuits financiers, on trouve Visa, Mastercard et American Express.

La carte indique généralement les données du titulaire, le numéro, la date d’expiration et le code CVV2, comme toutes les autres cartes de paiement, et au verso, il y a également un espace pour la signature ; en effet, pour l’utiliser, vous n’avez pas besoin de code PIN, mais vous devez présenter une pièce d’identité au moment de l’achat et signer le reçu (la signature doit correspondre à celle du titulaire au verso de la carte et sur la pièce d’identité). Une mesure de sécurité qui sera perdue si le commerçant oublie de vérifier correctement la correspondance.

Si, d’une part, il y a l’avantage de pouvoir effectuer des achats sans disposer immédiatement des liquidités nécessaires (ou de pouvoir payer par versements), d’autre part, les cartes de crédit entraînent souvent des frais annuels élevés et la nécessité de surveiller votre compte courant pour vous assurer que vous disposez de fonds suffisants le jour du débit, ce qui évite de payer les taux d’intérêt élevés et de salir votre solvabilité.

Si, par exemple, vous devez louer une voiture à l’étranger, n’oubliez pas que les sociétés de location acceptent presque exclusivement les cartes de crédit.

COMMENT CHOISIR LA MEILLEURE SOLUTION

Les cartes de crédit, de débit et prépayées sont trois produits différents qui reflètent trois façons différentes d’aborder les dépenses sans argent liquide. C’est pourquoi il n’existe pas de solution unique, mais la solution qui convient le mieux à chaque consommateur qui, compte tenu du tableau général ci-dessus et des fonctions supplémentaires éventuellement offertes par les banques et les prestataires de services, choisira ce qui lui convient le mieux.

Pour simplifier, on pourrait dire que ceux qui utilisent une carte de crédit empruntent de l’argent, ceux qui utilisent une carte de débit utilisent les fonds déposés sur leur compte courant, et ceux qui utilisent une carte prépayée dépensent l’argent préalablement chargé sur la carte.

Ces prémisses nous aident à comprendre pourquoi les trois alternatives sont souvent associées à trois types précis d’utilisateurs : ceux qui veulent un instrument pour effectuer des paiements même sans disposer immédiatement d’argent liquide choisiront une carte de crédit, ceux qui veulent un instrument plus « collé » à leur compte courant choisiront une carte de débit, ceux qui veulent un portefeuille électronique libre de compte, et donc plus rationnel, choisiront une carte prépayée.

Contenu en collaboration avec Skrill

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire