Recherchez et suivez l'évolution des prix sur 140 000 produits

Brave, le premier navigateur avec support IPFS natif : à quoi il sert et pourquoi il est important

0

Il a été écrit il y a quelques années : L’Internet est de moins en moins gratuit. Aujourd’hui, nous pouvons dire que le risque que la surcharge des infrastructures provoque des interruptions plus ou moins importantes de l’accès au Net est devenu encore plus évident (pensez à l’impact d’activités telles que le travail intelligent et l’enseignement à distance). La censure et le black-out des réseaux sont deux problèmes qui pourraient être résolus en décentralisant le web.

DECENTRALISER LE WEB

Le protocole IPFS (InterPlanetary File System) est un outil important pour atteindre cet objectif et le navigateur Brave est le premier à le supporter nativement

.

L’idée de décentraliser le web est simple : au lieu de concentrer toutes les ressources dans des serveurs centralisés, les contenus – pensez à une page web – sont distribués dans de multiples nœuds interconnectés. La comparaison la plus immédiate est avec les téléchargements BitTorrent : le fichier n’est pas stocké sur un seul serveur central, chaque utilisateur du réseau peer-to-peer peut à la fois télécharger le fichier et l’envoyer à d’autres utilisateurs, ce qui accélère l’activité de partage.

En ce qui concerne les protocoles, nous pouvons dire que l’IPFS est une alternative au plus populaire HTTP : ce dernier est conçu pour que le navigateur se connecte à des serveurs centralisés, l’IPFS connecte au contraire le navigateur au système de nœuds distribués mentionné ci-dessus qui hébergent la ressource.

Lire aussi
Le robot qui cuisine et nettoie coûte autant qu'une maison

D’un web centralisé basé sur le protocole HTTP à un web décentralisé qui utilise le

protocole

IPFSI

AVANTAGESLa

technologie IPFS, sur papier, apporte plusieurs avantages :

BRAVE

F

IRST

BROWSER WITH NATIVE IPFSI SUPPORTSLe

navigateur Brave n’est pas né aujourd’hui, il compte déjà 24 millions d’utilisateurs, mais à partir de la version 1.19, disponible depuis ces dernières heures, supporte nativement le protocole IPFS. Concrètement, cela se traduit par deux possibilités pour les utilisateurs du navigateur Brave 1.19 :

Brave est disponible pour les plates-formes Linux, Mac et Windows (téléchargement dans le Source)

. Le

courageux PDG et co-fondateur Brian Bondy souligne

le système d’adressage de contenu innovant de l’IPFS utilise des identificateurs de contenu (CID) pour former une adresse basée sur le contenu lui-même plutôt que des données d’identification basées sur une adresse de serveur. L’intégration du réseau IPFS à source ouverte est une étape clé pour rendre le web plus transparent, décentralisé et résilient

OUTIL POUR LUTTER CONTRE LA CENSORISATION…

Lors

du

lancement de la nouvelle version de Brave, Molly Mackinlay, chef de projet à l’IPFS, a rappelé comment, dans la pratique, le protocole peut aider à surmonter la censure : en Thaïlande, il n’est pas possible d’accéder à certains contenus sur Wikipédia, plus de 100 000 sites web sont bloqués en Turquie, la Chine interdit l’accès à certaines informations. Ces obstacles peuvent être surmontés en déployant le protocole IPFS. Wikipedia le soutient actuellement, mais son utilisation générale reste limitée.

Lire aussi
L'affaire TikTok, la proposition : les smartphones interdits aux enfants, l'enregistrement social auprès de SPID

Le revers de la médaille est que, comme tout outil, son utilisation à des fins plus ou moins nobles dépend de l’utilisateur : lutter contre une censure injuste est acceptable, utiliser un web décentralisé pour rendre moins attaquables les sites qui incitent à la haine ou à la révolte ne l’est pas. Ces considérations sont similaires à celles qui peuvent être faites pour BitTorrent (ce n’est pas la méthode de partage, mais ce qui est partagé qui marque la frontière entre le licite et l’illicite) et pour le Deep Web (se cacher du contrôle d’un régime tyrannique pour exprimer des opinions légitimes est acceptable, se cacher des yeux des autorités pour mener des activités illicites ne l’est pas).

Certes, en 2020, la tendance de (certains) gouvernements à bloquer tout ou partie de l’accès à Internet est loin d’être dormante – voir le récent rapport de Top10VPN ; disposer d’un outil de plus pour tenter d’enrayer le phénomène est donc très bienvenu.

Partager.

A propos de l'auteur

Créateur du site, passionné par la domotique, le développement Web, Les gadgets Chinois et par plus ou moins tout ce qui existe en fait. Le site a été créé autour de l'impression 3D et de la domotique, mais d'autres briques s'ajoutent eu fil du temps. Car dès que j'ai une nouvelle passion, j'essaye de la faire partager. Vous pouvez aussi découvrir mon blog dédié à la pâtisserie.

Laisser un commentaire